Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par E.L.

          L’histoire de la Corée est à l’image de celle de presque tous les autres pays : parsemée de guerres, d’invasions, de conflits… Bien conscients du caractère belliqueux des hommes, les créateurs ont placé un panneau à l’entrée d’une galerie de ce monument affichant : « The history of humankind is the history of war » (L’histoire du genre humain est l’histoire de la guerre). On ne peut faire plus clair et concis et surtout exact. Ce monument est à la fois un des plus beaux, un des plus intéressants et un des plus émouvants.

Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War

          Un des plus beaux, c’est incontestable quand on regarde les statues ornant les extérieurs : les deux frères enlacés symbolisant le nord et le sud de la Corée, enfin réconciliés, les mosaïques rappelant ce terrible conflit du milieu du XXe siècle et la gratitude du peuple coréen à l’égard de ceux (tous !) qui vinrent à leur aide pour préserver leur liberté, l’esplanade où les drapeaux des pays en question s’étalent au vent…

Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War

          L’intérieur du bâtiment très moderne et comme c’est le cas pour les autres musées, l’entrée est gratuite, un livre est même offert à l’entrée (ouvrage d’une précision étonnante reprenant les événements au jour le jour du conflit de 1950-1953) et de nombreuses galeries sont consacrées à la guerre.

          Or, si ce n’est certes pas gai, c’est néanmoins très intéressant car il n’est pas question seulement des conflits du XXe siècle, mais aussi de ceux des siècles précédents : les invasions chinoises et japonaises, les conquêtes françaises (car avant de venir à leur aide pour le maintien de leur indépendance, les Français faisaient partie des envahisseurs…) et américaines (itou…). Les couloirs s’enchaînent et on peut y passer une journée entière, sans s’en rendre compte, allant des armes médiévales, aux armes importées par les conquérants et enfin aux armes destructrices du XXe siècle.

Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War

          On découvre la vie du Général Gyebaek qui, au VIIe siècle, reçut l’ordre du roi de défendre le royaume contre une invasion japonaise. Il tua sa femme et ses enfants afin qu’ils ne soient pas réduits en esclavage par les Japonais et partit combattre. On s’arrête ensuite devant de nombreux bustes de guerriers, dont celui du  Général Gweon Yul qui vainquit les troupes japonaises à la fin du XVIe siècle ? Un hommage particulier est rendu à l’Amiral Yi Sun-in, déjà évoqué et dont la statue veille sur le Sejong-daero. Il repoussa des attaques japonaises et un panneau annonce qu’il ne perdit aucun combat depuis la 1e bataille navale d’Okpo en mai 1592 jusqu’à la dernière à No Ryang en novembre 1598. Beau palmarès s’il en est ? Un bateau-tortue occupe le centre d’un hall entier afin de donner au visiteur une idée de ce qu’étaient les embarcations dirigées par l’Amiral.

Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War

          De nombreuses salles sont ensuite consacrées aux invasions du  XIXe et on découvre avec surprise des uniformes de militaires français mais aussi des exemplaires de revues françaises.

Seoul 5 - Memorial of War
Seoul 5 - Memorial of War

          Enfin, de nombreuses salles sont consacrées au conflit de 1950-1953. Un cimetière virtuel présente le nom de chaque soldat étranger mort sur le sol coréen et un hommage très appuyé est rendu aux Nations-Unies et à tous ceux qui se sont impliqués.

 

 

© Eleonore Louvieux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :