Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Éléonore Louvieux

Il y a quelques années de cela, une anecdote avait fait beaucoup parler : dans un service hospitalier de Rhode Island, Oscar (un chat né en 2005) avait la réputation d’annoncer les patients qui allaient mourir en se blottissant à leur côté. Cette anecdote a d’ailleurs inspiré sans doute un des épisodes de la série Dr House, « Here Kitty », épisode 18 de la saison 5.

Oscar, pourtant, n’est en rien le premier chat de cette sorte.

En effet, on trouve dans le roman de Gilbert Cesbron, Chiens perdus sans collier, un passage pour le moins étonnant : le personnage principal, un jeune orphelin nommé Alain Robert, traverse une salle d’hôpital dans laquelle est alignée une vingtaine de lits, tous occupés. Et voici ce que l’on peut lire :

 

 

« Comme il atteignait l’autre porte, le dernier malade poussa un grand cri, sortit de sous ses draps deux bras squelettiques et entreprit de chasser un chat noir qui s’était lentement lové sur sa couverture. Le chat le regarda sans colère, s’étira, bâilla, s’éloigna à pas comptés.

- Enlevez-le ! cria le malade à l’infirmière qui survenait. Vite, vite ! Mais enlevez-le donc !

- Allons, calmez-vous, fit-elle en rebordant son lit. Cette bête ne vous a rien fait !

- Rien fait ? Et le 13… Et le 17 !… Chaque fois qu’il se couche sur un lit, on peut être sûr…

- Mais non, mais non.

- Qu’est-ce qui se passe ? osa demander Alain Robert.

- Ils l’appellent « le chat des mourants », lui répondit-elle à voix basse. Ils se sont mis dans la tête que ce pauvre animal pressentait le décès des malades et que, chaque fois qu’il… Mais qu’est-ce que tu cherches ici, mon petit ? (...) »

Or, le roman de G. Cesbron a été publié en... 1954 !

 

Chapitre VII – p.182, éditions ; éditions « J’ai Lu » - 1974.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article